Souffleur d’images : conter l’art par les mots

Souffleur d’images : conter l’art par les mots

Il y a dix ans, le Centre Recherche Théâtre Handicap (CRTH) a développé un service d’accompagnement artistique dédié aux personnes souffrant d’une déficience visuelle inédit : les souffleurs d’images. Les souffleurs d’images permettent aux personnes non-voyantes ou malvoyantes d’assister à des pièces de théâtre et des expositions en leur traduisant par des mots les images qu’ils ne peuvent voir. Décryptage d’une initiative unique en son genre destinée à démocratiser l’art auprès des publics présentant une déficience visuelle.

Un accompagnement original fort de dix ans d’existence

Le Centre Recherche Théâtre Handicap est une structure culturelle créée en 1993 dont l’objectif est de favoriser l’accès à la culture des publics présentant un handicap. Au départ compagnie de théâtre, il a développé de nombreux outils d’accompagnement des publics en situation de handicap pour améliorer l’accessibilité de la culture.

C’est en 2009, à l’occasion d’une représentation théâtrale auprès d’un public composé de voyants et non-voyants que des enseignants du Centre ont constaté que les voyants « soufflaient » la pièce aux non-voyants. Fort de ce constat de terrain, ils ont alors réfléchi à développer un service de souffleurs d’images à destination des non-voyants pour leur permettre d’assister à des représentations de théâtre et de danse, ou encore à des expositions.

Ainsi, une formation de souffleur d’images a progressivement été mise en place. Elle permet à des étudiants en art ou des professionnels du spectacle d’apprendre à devenir souffleur d’images. La formation a pour objectif d’apprendre à décrire correctement l’espace, l’ambiance, les gestes d’un spectacle. Pendant quatre heures, les apprentis souffleurs d’images sont initiés aux problématiques auxquelles sont confrontés les non-voyants et mis en situation avec un bandeau sur les yeux. Ils peuvent alors constater l’importance du son et de la parole dans la perception d’une œuvre théâtrale.

Ils sont également formés à traduire par des signes effectués sur la main de la personne non-voyante certains éléments comme la disposition des protagonistes de la pièce ou les éléments du décor dans l’espace. Cette traduction physique de l’espace et des mouvements est particulièrement intéressante pour les représentations de danse.

Après leur formation, les souffleurs d’images interviennent bénévolement sur demande des personnes atteintes de déficience visuelle pour les accompagner aux spectacles de leur choix. Pour développer la pratique, le CRTH a mis en place de nombreux partenariats en Ile-de-France, qui permettent aux souffleurs d’assister gratuitement aux spectacles en échange de leur service.

Le souffleur d’images : un conteur permettant aux malvoyants d’accéder à l’art à travers un moment de partage

La culture pour les publics malvoyants est accessible dans certains secteurs depuis les années 1990 grâce aux programmations en audiodescription. Ce dispositif, développé à l’origine au cinéma et à la télévision, a depuis gagné du terrain et est disponible dans certains musées nationaux et dans quelques salles de spectacles.

L’audiodescription consiste à décrire les éléments visuels comme les décors, les costumes ou les déplacements tout au long des films ou représentations. Cela permet aux personnes atteintes d’un trouble visuel de comprendre l’intégralité de l’œuvre, en particulier pendant les moments de silence. Grâce à un casque, le spectateur malvoyant peut suivre par la parole les actions qu’il ne peut voir.

Cependant, cette technique présente de nombreuses limites. En effet, si pour les films cinématographiques et télévisuels l’audiodescription est relativement répandue, elle peine à s’imposer dans les salles de spectacle. La conséquence directe est que l’accès au théâtre et aux représentations de danse des personnes malvoyantes est plus que limité.

C’est dans ce contexte qu’intervient le souffleur d’images : grâce aux nombreux partenariats développés par le Centre Recherche Théâtre Handicap, les souffleurs d’images peuvent accompagner les amateurs d’art souffrant d’un handicap visuel dans près de 90 salles de spectacles parisiennes.

Par ailleurs, alors que l’audiodescription est une pratique solitaire, faire appel à un souffleur d’images permet de recréer du lien social. En instaurant une pratique basée sur la description directe et le toucher de la main, le souffleur d’images et la personne malvoyante forment un duo, réinterprétant le spectacle à travers la sensibilité de chacun. Le souffleur se doit d’être le plus objectif possible mais insuffle tout de même sa vision du spectacle, avec sa propre représentation. De même, la perception des représentations par la personne atteinte du handicap visuel est interprétée par le filtre de sa propre sensibilité, son propre imaginaire.

Le souffleur d’images est donc un conteur, un créateur d’images par la parole. Il offre aux personnes atteintes d’un handicap visuel un moyen d’accéder à l’art, mais aussi de partager un moment à deux. Le souffleur et le non-voyant forment alors un duo liant deux sensibilités différentes pour (ré)interpréter les œuvres théâtrales dans une approche inclusive. Le succès de cette pratique initiée par le Centre Recherche Théâtre Handicap est réel : plus de 200 personnes font appel aux services des souffleurs d’images chaque année en Ile-de-France. L’objectif de cette organisation culturelle est à terme de développer cette pratique ailleurs en France et même, dans un futur un peu plus lointain, ailleurs en Europe et dans le monde.  

Crédit image : Unsplash.

 

shares